Problèmes de la vessie: Comment les atténuer ?

De simples changements de style de vie peuvent améliorer le contrôle de la vessie ou améliorer la réponse aux médicaments. Découvrez dans cet article ce que vous pouvez faire pour résoudre votre problème de contrôle de la vessie.

Si vous vous débattez avec l’embarras et l’inconfort d’un problème de contrôle de la vessie, vous cherchez peut-être des moyens de l’améliorer. Heureusement, il existe des stratégies simples que vous pouvez essayer.

Les médecins appellent souvent ces stratégies des modifications de style de vie ou des thérapies comportementales. Ils sont sûrs, faciles, efficaces et peu coûteux. Vous pouvez essayer ces techniques avant d’essayer d’autres types de traitement, comme les médicaments ou la chirurgie, ou en combinaison avec eux.

Aliment ou boisson qui fait uriner ?

La quantité de liquide que vous buvez peut influencer vos habitudes vésicales, tout comme certains aliments que vous mangez.

Trop de liquide

Boire trop de boisson vous fait uriner plus souvent. Boire trop rapidement peut submerger votre vessie, créant un fort sentiment d’urgence.

Même si vous devez boire plus parce que vous faites beaucoup d’exercice ou travaillez à l’extérieur, vous n’avez pas à boire tous les liquides en même temps. Essayez de boire de plus petites quantités tout au long de la journée, comme 16 onces (473 millilitres) à chaque repas et 8 onces (237 millilitres) entre les repas.

Si vous vous levez plusieurs fois la nuit pour uriner:

1- Buvez plus de liquides le matin et l’après-midi plutôt que le soir. Boire une boisson avant de dormir peut vous fait uriner de façon répétée.

2- Évitez l’alcool et les boissons contenant de la caféine, comme le café, le thé. Le cola est aussi un célèbre boisson qui fait uriner.

3- N’oubliez pas que les liquides proviennent non seulement des boissons, mais aussi des aliments comme la soupe.

Trop peu de liquide

Boire trop peu de liquide peut entraîner une accumulation de déchets corporels dans votre urine. L’urine hautement concentrée est jaune foncé et a une forte odeur. Il peut irriter votre vessie, augmentant l’envie et la fréquence à laquelle vous devez aller.

Aliments à éviter en cas de vessie hyperactive:

vessie hyperactive aliments à éviter

Certains aliments et boissons peuvent irriter votre vessie, notamment:

  • Café, thé, même sans caféine
  • De l’alcool
  • Certains fruits acides – oranges, pamplemousses, citrons et limes – et jus de fruits
  • Aliments épicés
  • Produits à base de tomate
  • Chocolat

Envisagez d’éviter ces irritants de la vessie pendant environ une semaine pour voir si vos symptômes s’améliorent. Puis progressivement – tous les un à deux jours – ajoutez-en un à votre alimentation, en notant tout changement dans l’urgence urinaire, la fréquence ou l’incontinence. Vous allez encore vous rendre que dans votre cas, si c’est un aliment ou boisson qui fait uriner de façon anormale.

Vous pourriez ne pas avoir à éliminer entièrement vos aliments et boissons préférés. Une simple réduction du montant pourrait également aider.

Essayez l’entrainement de la vessie

Lorsque vous avez une vessie hyperactive, vous pouvez vous habituer à uriner fréquemment ou à la moindre envie. Parfois, vous pouvez visiter les toilettes lorsque vous n’en avez pas l’envie, car vous voulez éviter un accident. Après un certain temps, votre vessie commence à envoyer des messages « pleins » à votre cerveau, même lorsqu’il n’est pas plein, et vous vous sentez obligé d’uriner.

L’entraînement de la vessie, ou recyclage, consiste à ajuster vos habitudes. Vous allez aux toilettes selon un horaire fixe – même si vous n’avez pas envie d’uriner – en augmentant progressivement le temps entre les mictions. Cela permet à votre vessie de se remplir plus complètement et vous donne plus de contrôle sur l’envie d’uriner.

Un programme de formation de la vessie suit généralement ces étapes de base:

1- Identifiez votre modèle. Pendant quelques jours, tenez un journal dans lequel vous noterez chaque fois que vous urinez. Votre médecin peut utiliser ce journal pour vous aider à planifier votre entraînement de la vessie.

2- Prolongez vos intervalles de miction. À l’aide de votre journal de la vessie, déterminez la durée entre les mictions. Prolongez ensuite cela de 15 minutes. Si vous y allez habituellement toutes les heures, essayez de prolonger cela à une heure et 15 minutes.

3- Allongez progressivement le temps entre les voyages aux toilettes. Essayez de les allonger jusqu’à ce que vous atteigniez des intervalles de deux à quatre heures. Assurez-vous d’augmenter lentement votre limite de temps pour vous donner les meilleures chances de succès.

4– Respectez votre horaire. Une fois que vous avez établi un calendrier, faites de votre mieux pour vous y tenir. Urinez immédiatement après votre réveil le matin. Par la suite, si une envie survient, mais qu’il n’est pas temps pour vous de partir, essayez de l’attendre. Distrayez-vous ou utilisez des techniques de relaxation, telles que la respiration profonde.

Si vous pensez que vous allez avoir un imprévu, allez aux toilettes mais revenez à votre horaire.

Ne vous découragez pas si vous ne réussissez pas les premières fois. Continuez à pratiquer et votre capacité à garder le contrôle est susceptible d’augmenter.

Renforcez votre plancher pelvien

Vos muscles du plancher pelvien et votre sphincter urinaire aident à contrôler la miction. Vous pouvez renforcer ces muscles en faisant régulièrement des exercices du plancher pelvien, communément appelés Kegels.

Les muscles du plancher pelvien ouvrent et ferment le tube qui transporte l’urine de la vessie vers l’extérieur de votre corps (urètre). Ces muscles soutiennent également la vessie lors d’activités quotidiennes telles que la marche, la position debout, le levage et les éternuements.

1- Pratiquez les exercices de Kegel.

Pour effectuer, serrez vos muscles du plancher pelvien – comme si vous essayez d’arrêter votre jet d’urine – pendant trois secondes. Détendez-vous pour un compte de trois et répétez plusieurs fois. Votre médecin pourrait vous recommander de faire une série de ces exercices trois ou quatre fois par jour, allongé, assis et debout.

Pour être sûr que vous les faites correctement, demandez à votre médecin ou à votre infirmière de vous aider ou de vous référer à un physiothérapeute connaissant les exercices du plancher pelvien.

2- Biofeedback.

Le biofeedback peut aider à former les muscles du plancher pelvien. Les capteurs placés près des muscles transmettent les niveaux d’effort à un ordinateur, qui affiche les niveaux à l’écran. Cette rétroaction immédiate peut vous aider à maîtriser les exercices de Kegel plus rapidement, car vous pouvez voir si vous utilisez les bons muscles. Le biofeedback peut se faire avec un professionnel ou avec un appareil domestique.

3- Poids vaginaux.

Les poids en forme de cône sont une autre option utilisée pour aider avec les exercices de Kegel. Vous placez un poids dans votre vagin et contractez vos muscles du plancher pelvien pour l’empêcher de tomber. De nombreux cônes sont disponibles en ensembles de poids variables, vous pouvez donc atteindre des poids plus lourds à mesure que vos muscles du plancher pelvien se renforcent.

Contrôler les facteurs contributifs

Certains médicaments, l’excès de poids, le tabagisme et l’inactivité physique peuvent contribuer à des problèmes de contrôle de la vessie. Si vous tenez compte de ces facteurs, les techniques spécifiques à la vessie – comme éviter les irritants de la vessie et l’entraînement de la vessie – pourraient être plus efficaces.

1- Gérez vos médicaments.

Il est possible qu’il existe un médicament que vous prenez qui vous fait uriner anormalement. Les médicaments qui pourraient contribuer aux problèmes de contrôle de la vessie comprennent les médicaments contre l’hypertension artérielle, les médicaments pour le cœur, les diurétiques, les myorelaxants, les antihistaminiques, les sédatifs et les antidépresseurs. Si vous développez une incontinence ou des difficultés à uriner en prenant ces médicaments, parlez-en à votre médecin.

2- Maintenez un poids santé.

Le surpoids peut contribuer aux problèmes de contrôle de la vessie, en particulier l’incontinence à l’effort. Un poids corporel excessif exerce une pression sur votre abdomen et votre vessie, entraînant parfois des fuites. Perdre du poids pourrait aider.

3- Arrêtez de fumer.

Les fumeurs sont plus susceptibles d’avoir des problèmes de contrôle de la vessie et d’avoir des symptômes plus graves. Les gros fumeurs ont également tendance à développer une toux chronique, ce qui peut exercer une pression supplémentaire sur la vessie et aggraver l’incontinence urinaire.

4- Soyez actif.

Certaines études indiquent que l’activité physique régulière améliore le contrôle de la vessie. Essayez pendant au moins 30 minutes d’activité modérée à faible impact – comme la marche rapide, le vélo ou la natation – la plupart des jours de la semaine.

5- Minimisez la constipation.

L’effort pendant les selles peut endommager le plancher pelvien. Malheureusement, certains médicaments utilisés pour traiter les problèmes de contrôle de la vessie peuvent aggraver la constipation. Faire de l’exercice, boire suffisamment d’eau et manger des aliments riches en fibres, comme les lentilles, les haricots et les légumes et fruits frais, pourraient aider à améliorer la constipation.

6- Gérez la toux chronique.

Votre toux pourrait aggraver votre problème de vessie. Consultez votre médecin au sujet des options de traitement.

Les thérapies comportementales, qui demandent du temps et de la pratique, peuvent améliorer le contrôle de la vessie. Si vous vous en tenez au programme, vous constaterez probablement une amélioration de vos symptômes. Et si l’une de ces approches ne fonctionne pas, discutez avec votre médecin de la possibilité d’essayer une autre stratégie.